Le 10e congrès arabe d’astronomie et des sciences spatiales.

« Le rôle de l’astronomie et de l’espace dans le développement des sociétés contemporaines »

La société astronomique d’Oman (OAS) a reçu le 10e congrès de l’Union Arabe d’Astronomie et des sciences spatiales (AUASS) en collaboration avec  l’Union astronomique international (IAU), la NASA, l’Agence Spatiale Européenne (ESA), l’UNOOSA ET L’ISNET du 5 au 8 février 2012 à sultanat Oman. Le thème des conférences choisies est le rôle de l’astronomie et l’espace dans le développement des sociétés contemporaines. Ce congrès continue l’initiative de l’AUASS à rassembler des astronomes professionnels et amateurs pour échanger et partager leurs connaissances dans les domaines de l’astronomie et des sciences de l’espace. Trente-neuf pays et plus de deux cents  participants, chercheurs ou amateurs, de par le monde arabe,  ont contribué à la réussite de cette rencontre.Image

Le congrès est composé de plusieurs sessions à thèmes variés. On trouve par exemple les sciences de l’espace pour les enseignants (la gestion des risques par les Satellites LEO), les expériences de vulgarisation dans les clubs d’astronomie arabes ( le petit débrouillard, la SAT, Sirus Alger, Club astronomique pour les filles à l’Université Fahd ibn azziz en Arabie Saoudite), l’histoire et la culture arabe en astronomie  (Stellarium, eddira, satellites pour localisation dans le Haje) et bien entendue des recherches et thèses  dans des universités arabes qui traitent de la matière noire, des Supernovae, des Galaxies, de l’ âge des amas d’étoiles, des étoiles binaires, des neutrinos et même  des étoiles étranges !.

Une soirée d’observation astronomique a été programmée la troisième nuit. Des amateurs de l’association astronomique d’Oman ont installés des télescopes dans la banlieue de Muscat, à 15 minutes de route. Vénus, Jupiter et la lune étaient présents dans le ciel d’Oman pour faire rêver, comme toujours, les astronomes et participants. C’était une occasion pour observer, rencontrer et discuter entre les participants tant amateurs et que professionnels.

La société astronomique de Tunisie (SAT), association scientifique a but non lucratif, a participé à ce congrès. Elle a présenté dans son stand ses calculs d’éphémérides locales et une conférence d’introduction historique et d’initiation aux lois qui gouvernent le mouvement des objets célestes et naturels en astronomie et des objets artificiels (les satellites) en astronautique,  intitulée « De l’Astronomie à l’Astronautique ».

Image

À la fin du congrès, l’AUASS a établi des recommandations et un agenda pour la continuité et le soutien de cette rencontre inter-arabe.  Le prochain congrès sera accueilli par les Émirats Arabes Unies à Echarika en 2014, le congrès Inter islamique en 2013 aura lieu en Jordanie et la 5e rencontre de jeunesse en 2012 à Palestine.

Publicités

La révolution cosmologique ( partie 1)

        Tout le monde cherche la même chose: la toile de l’univers et son mécanisme. Mais grâce à son modèle des variétés fractales, ou plutôt grâce à une nouvelle  compréhension acquise en étudiant ce modèle et ses conséquences, « j’ai construit un contre-exemple à la théorie d’un univers en expansion accélérée récemment récompensée par le prix Nobel de physique 2011» affirme Dr Ben Adda.

       Ce contre-exemple sera présenté à la faculté des sciences de Tunis le 16 décembre à 14h à la salle polyvalente. Il met en difficulté la dernière interprétation du mouvement de l’univers.

        Voici donc mon article : La révolution cosmologique  qui vous présente l’Homme de Science, Dr Faycel Ben Adda , et des éléments de repères pour suivre sa conférence !

Bonne lecture.

Exposé ‘Les plannètes géantes’ à la Cité des sciences

Le système solaire est riche d’astres facilement observables. Les planètes géantes (Jupiter,Saturne,Uranus et Neptune) sont le sujet de l’exposé que j’ai donné le vendredi 25 novembre 2011 à la Cité. Ce jour-là, les satellites de Jupiter qui sont facilement observables dans un télescope nous montrent la configuration suivante :

Je vous offre l’exposé ‘Les planètes géantes‘ pour le visualiser et l’utiliser a votre gré.

Bonne vision et bonne culture.

Article : 50 ans de vols spatiaux habités

  Déjà, on fête 50 ans de vols spatiaux habités. Le 12 avril 1961, Youri Gagarine fait le tour de la Terre en 1 h 48 minutes. Pour commémorer l’événement, la semaine de l’espace 2011 lui sera consacrée.

En 1959, la Russie a entamé un projet secret et a commencé à sélectionner des pilotes de l’armée de l’air. À cette époque, Youri Gagarine, né en 1934 à Klouchino, une petite ville du nord-ouest de la Russie, était un pilote junior avec 250 heures de vol sur MiG 15. Les recrutés doivent mesurer moins de 1,78 m et Youri mesure 1,58 m, il fût alors choisi. Le secret du programme fait que Youri  ne doit divulguer, quoique ce soit, sur sa sélection. La Russie était en train de mettre au point un vaisseau spatial nommé Vostok

Au cosmodrome de Baikonour, le 12 avril 1961 à 5 h 30 du matin, Youri Gagarine se lève, puis des techniciens l’aident à mettre sa combinaison spatiale orange. Pour rassurer Gagarine, Sergei  Korolev, responsable du programme spatial habité soviétique, lui dit  » j’espère te  voir un jour marcher sur la lune! ». À 6 h 7 GMT, instant de départ de Vostok1, le pouls de Gagarine s’accélère, mais il exprime ses sentiments en criant << Et s’est parti!>>.

Après 11 minutes du lancement, Vostok1 va effectuer le tour de la Terre en 1 h 48 sur une ellipse de périgée 180 km et d’apogée 327 km, remportant ainsi le premier Homme dans l’espace. Le rêve, du fondateur de l’astronautique moderne, Constantin Tsiolkovski, qu’un russe ira le premier, dans l’espace, est devenu une réalité. Youri Gagarine inaugure une nouvelle ère, l’ère des vols spatiaux habités.

À fin de célébrer ces 50 ans de vols, la Cité des Sciences à Tunis organise les 7, 8 et 9 octobre 2011, des ateliers et conférences grands publics, sur le thème de l’astronautique.   Pour plus d’informations, à vos claviers : http://www.cst.rnu.tn

Eclipse totale de la Lune du 15 juin 2011

Après une soirée pleine de joie et de savoir, plusieurs personnes m’ont demandé de leur fournir plus d’information sur l’éclipse de la Lune. Voici donc l’exposé complet de l’éclipse totale de la Lune du 15 juin 2011.

Eclipse de Lune du 15 juin 2011

Bonne vision.

Le solstice d’été à la Cité

 

                Le mardi 21 juin 2011, le jour le plus long de l’année 2011 sera célébré à la Cité des sciences de Tunis.Le soleil se lèvera du côté nord-est, culminera aux alentours de13 h et se couchera du côté nord-ouest. Le trajet apparent du soleil c.-à-d. la durée du jour sera longue. Les anciens le savaient. Ils ont profité de cette journée particulière pour mesurer la taille de la Terre.

                Eratosthène (-284  -192) astronome, mathématicien et  directeur de la bibliothèque d’ Alexandrie, a lu qu’à Syan au sud de l’Égypte, au jour du solstice, le fond d’un puits est illuminé. En mesurant la longueur de l’ombre d’un bâton (un « gnomon » disent les astronomes) , il a pu déterminé le périmètre de la Terre et donc son rayon.  La cité des sciences offre à son public l’occasion de refaire cette expérience simple et d’autres ateliers similaires parmi celles de l’école d’Eratosthène.

                Le projet de l’école d’Eratosthène  se compose d’un ensemble de 16 activités astronomiques destinées à des élèves et leurs professeurs. Partant de connaissances mathématiques connues et vues en classes, ces activités mènent les élèves, à réfléchir et à appliquer leurs connaissances, dans des situations pratiques et simples. Ces situations ont été analysées par des astronomes et des mathématiciens célèbres. Elles mettent en valeur l’histoire des sciences et montrent le génie de l’Homme tout au long des siècles passés.

                Trois catégories d’activités sont développées: d’abord les 5 premières qui abordent la notion de distance en astronomie utilisent la géométrie dynamique comme support de vulgarisation. Cette approche géométrique met en relief l’histoire de l’astronomie telle qu’elle a été pratiquée par les Grecs. Ensuite, les 6 secondes activités abordent la notion d’angle et de parallaxe, elles utilisent des maquettes et des outils de mesure que les élèves et professeurs réalisent et apprennent à manipuler. Enfin, les 5 dernières abordent la notion de temps et sa mesure en exploitant des logiciels pédagogiques libres.

                Un atelier est un ensemble d’activités, choisis parmi toutes les activités de l’école d’Ératosthène suivant le niveau des élèves et la durée de la séance. Pour concevoir une séance d’astronomie ,le professeur aborde un thème  bien défini, emploie  les moyens adéquats et disponibles dans son école et les ressources pédagogiques fournies lors des formations

                 Le solstice d’été, célébré partout dans le monde, est l’occasion de pratiquer l’astronomie avec juste un gnomon. Toutes les mesures faites à la Cité des Sciences de Tunis seront publiées au site du projet international  eaae-astronomy.org

Léonard di Vinci à la Cité des Sciences de Tunis

    

                  Une exposition sur les machines merveilleuses : De Leonard di Vinci à la technologie d’aujourd’hui, est ouverte au public du 20 octobre au 15 septembre 2010. L’exposition est le fruit de la collaboration entre Finmeccanica, premier groupe italien de haute technologie, l’institue italien de culture de Tunisie, le musée Galileo de Florence et la banque italienne Monte dei Paschi di Siena. Cette manifestation fait partie d’une grande exposition internationale « Les ingénieurs de la renaissance » qui a effectué le tour du monde, dans les grands musées de Paris, New York, Tokyo et Londres. Plus de trois millions de visiteurs l’on admirée et appréciée.

                  La Renaissance est plus connue pour la floraison des arts et littératures. L’exposition rappelle et montre du doigt l’importante explosion des techniques de cette période du XIV siècle. En effet  les travaux, les schémas et notes du peintre Leonard di Vinci (1453-1519) révèlent le génie de cet homme dans le domaine scientifique et technique. C’est le début d’une renaissance des machines, qui a apporté ses fruits aux ingénieurs contemporains pour nous émerveiller par des constructions d’avions et engins de tout genre.

                La galerie s’articule autour de deux pôles, celui de l’art et celui des techniques modernes. D’un coté, avec des fac-similés des manuscrits et des bornes interactives, on découvre le génie de Leonard  et de l’autre coté, avec des films, des maquettes et modèles réduits, elle nous montre les avancées des technologies de pointe en aviation, en techniques de défense et de sécurité, dans les domaines du transport, de l’énergie et de l’espace.

                   Léonard di Vinci connu par ses célèbres peintures (La  Joconde, la révélation du christ …) va laisser une immense fortune de documents manuscrits aux générations futures. Le fortuné Bill Gates, PDG de Microsoft a acheté des manuscrits récemment découverts, à 4 millions de dollars ! Inscrites à l’envers,  ces notes et dessins montrent au jour le jour le travail précis et minutieux d’un homme de réflexion, de créativité et imagination qui dépassent tous ses contemporains. Léonard inscrivait, dans ces carnets, tout ce qui passe devant lui, tout ce qui lui étonne, toutes les questions qui lui intriguent. On y trouve des dessins du corps humain, de machines volantes, des hélicoptères, des tourbillons, des écoulements de fluides, des questions sur le vol des oiseaux, sur le mouvement des navires, etc.…

                Pour l’Italie, c’est un point de départ d’une nouvelle renaissance non pas artistique seulement, mais aussi scientifique et technique. Cette accumulation de techniques va se suivre jusqu’à aujourd’hui. Elle est devenue technologique et informatique de pointe. L’exposition « Machines merveilleuses»  met en relief ce progrès par la démonstration des résultats de recherches récentes en matière d’aéronautique et de spatiale.